La Croix des Marins du Cap Ferret

L’histoire de La Croix des Marins du Cap Ferret..

Le 23 mars 1836, huit bateaux de pêche  sortirent du bassin d’Arcachon.

 Ils auraient dû rentrer le 24 mais les passes étaient particulièrement agitées.

Alors, seules deux chaloupes réussirent à rentrer et les  autres restèrent au large en attendant.

 Le dimanche 27, jours des rameaux, voyant que la tempête ne leur permettrait pas de rentrer dans le bassin, ils firent voile vers le nord en espérant atteindre l’entrée de L’estuaire de la Gironde.

Au total six chaloupes de pêche montées par 78 marins  de la Teste et de Gujan perirent en mer au niveau du Verdon. 

Le corps d’un seul marin sera retrouvé le 18 mai suivant: Joseph Jean Errecalde avait  34 ans. 

En souvenir de ces hommes pris par la mer, une croix des marins a été élevé à la pointe du Cap-Ferret en avril 1868

La première Croix des Marins du Cap Ferret en 1868
La première Croix des Marins du Cap Ferret en 1868

Ensevelie par le sable au fil des années, un nouveau monument, dans les années 60 la remplaça, construit avec des matériaux récupération.

La seconde Croix des Marins du Cap Ferret en 1960
La seconde Croix des Marins du Cap Ferret en 1960

En septembre 1983 l’ancienne croix ensevelie sous le sable fut installé sur le parvis de Notre-Dame des flots. Désormais, un nouveau monument en granit a été construit derrière la dune le long de l’actuel chemin du littoral. 

L'actuelle Croix des Marins du Cap Ferret
L’actuelle Croix des Marins du Cap Ferret

C’est la société Esso qui exploitait le champs de pétrole de Lavergne qui l’a offerte.

https://bassin-arcachon-patrimoine-naval-plaisance.fr/2021/01/03/monument-cap-ferret-forestiere-baleiniere-tempete/

https://www.ferretdavant.com

https://www.facebook.com/arcanavigation

Monument « Guyot de Salins »

Le monument Ferdinand Guyot de Salins de trouve à proximité de « La Forestière » sur un petit tertre.

Monument à Ferdinand Guyot de Salins, Cap Ferret, 1er octobre 1895,
aquarelle (insolation et rousseurs), non signée, légendée en bas à droite, située et datée en bas à gauche.

Naufrage de leur baleinière

Il est en mémoire du jeune Ferdinand Guyot de Salins, inspecteur-adjoint des forêts à Arès et du brigadier des Eaux et Forêts Popis, morts noyés.

Leur baleinière à voile de l’administration a chaviré le 16 octobre 1883 sous une forte tempête.

Ce petit monument en forme de pyramide de pierres avec une plaque de marbre gravée relate l’héroïsme de de Salins périssant en sauvant son subordonné.

La version de ce drame relatée par la presse de l’époque est sensiblement différente :

Autre version

L’inspecteur provoqua le chavirage de l’embarcation en grimpant au mat pour remettre la drisse défaite par le souffle d’une tempête.

Sur les 4 personnes agrippées au bateau, de Salins puis Popis finirent par lâcher prise et coulèrent, tandis que les 2 rescapés, les gardes des Eaux et Forêts Ducamin et Bousquet, furent sauvés par des employés de la Villa Algérienne….

Source: Wikipedia