La pinasse de Joseph Guédon

La pinasse de Joseph Guédon

16 avril 2021 1 Par Claudine Busca

La pinasse de Joseph Guédon est apparue en 1928.

La Nina, pinasse à voile "nouveau modèle" de Joseph Guédon
La Nina, pinasse à voile “nouveau modèle” de Joseph Guédon

Depuis bien longtemps la pinasse du Bassin d’Arcachon connaissait un réel succès partout en France. Moyen de transport et outil de travail au départ, puis de plaisance plus tard, ses avantages multiples dont en particulier sa capacité d’échouage, sa solidité, la facilité de ses réparations et son faible coût constituaient de réels attraits et attisaient la créativité…

Joseph Guédon, architecte de renom et installé Boulevard Chanzy à cette époque, décida de remédier aux “inconvénients rédhibitoires et pires dangers” des pinasses dans une idée de plaisance pure.

Joseph Guédon, Bd Chanzy à Arcachon
Joseph Guédon, Bd Chanzy à Arcachon
Pinasse "ordinaire" d'Arcachon
Pinasse “ordinaire” d’Arcachon

Une pinasse de plaisance

Ainsi, il souhaitait remédier à la grande instabilité des pinasses afin d’en améliorer le confort. Déjà, dès la fin du 19° siècle, les riches “étrangers” en villégiature à Arcachon, aimaient se promener en pinasse sur le bassin.

Arrivée de promenade en pinasse
Arrivée de promenade en pinasse

Je n’ose imaginer le nombre de fois où les élégantes ont du se retrouver dans l’eau vivifiante et salvatrice sous l’oeil bienveillant de François Legallais…

L’idée de Joseph Guédon

Joseph Guédon en modifiant et améliorant les plans habituels souhaitait augmenter encore davantage cette “mode” de la pinasse sur le Bassin d’Arcachon.

Plan de pinasse "ordinaire"
Plan de pinasse “ordinaire”
Plan de Joseph Guédon 1928
Plan de Joseph Guédon 1928
"Pinasse d'Arcachon nouveau modèle"
“Pinasse d’Arcachon nouveau modèle”

On remarque que l’élargissement considérable, tant au dessus de la ligne de flottaison qu’en dessous. En augmentant le volume de la carène il donnait une réserve de gîte plus importante. Mais encore, les angles formés par une pièce de bois sur toute la longueur du bateau accroissaient également sa solidité.

Aussi, Joseph Guédon eut l’idée d’adapter à ce type de bateau une maîtresse section nouvelle formée de cinq plans et même davantage.

La pinasse de Joseph Guédon
La pinasse de Joseph Guédon

Alors, il prit soin de déposer les dessins et figures accompagnés de légendes très documentées et sa revendication du titre de propriété du titre “Pinasse d’Arcachon nouveau modèle” au Tribunal de Commerce de Bordeaux.

Néanmoins, les plans étaient cependant à la disposition des personnes intéressées.

A voile et à moteur

Cette idée de pinasse résolument tournée vers la plaisance se développa en deux versions.

Une version voile pure, grée en bermudien, donnait la possibilité d’être enfin manoeuvrée que par une seule personne. Sa voilure était d’environ 16 m2 et sans bôme.

La Nina, Joseph Guédon
La Nina, Joseph Guédon

La deuxième version d’un motorisée pouvait être également équipée d’un ou deux roofs. Dans les deux cas, il y avait une petite dérive galvanisée et elles possédaient une paire d’avirons et une gaffe en matériel de sécurité.

La pinasse nouveau modèle en version motorisée
La pinasse nouveau modèle en version motorisée

Les dimensions étaient les suivantes: Longueur totale…. 7,50 mètres Largeur maximum….1,75 mètre Tirant d’eau….0,35 mètre Notons que la longueur totale était arrêtée à 7,50 mètres afin de permettre son transport sur voie ferré.

Un moteur de 2 cylindres de 5/7 CV permettait d’atteindre la vitesse de 14 km heure.

Le premier exemplaire

C’est pour le docteur Duplanté d’Arcachon que le premier modèle fut construit en version “pinasse automobile”. Ainsi, cette première embarcation allait permettre d’établir un type standard devant réaliser, pour sa taille, toute la tenue et le confort désirables avec un prix modéré 400 francs.

Un petit roof de 1,40 mètre, pouvant abriter quatre personnes. Le moteur prévu faisait 5 à 8 cv permettant d’assurer une vitesse de 6 noeuds.

Notons que, sur cette petite embarcation, un mât léger fut installé, facilement amovible et avec une voilure unique de type bermudien sans foc.

Le paradoxe de l’oeuf et de la poule…

Difficile à cette époque de créativité de savoir réellement qui à inventé le premier cette possibilité de coque à plusieurs bouchains. La question en vaut-elle la peine?

Ainsi, Henri Dervin, qui fut l’un des fondateurs de la “Société des Architectes navals”, écrivit au journal Le Yacht le 21 janvier 1928:

Journal Le Yacht 21 janvier 1928
Journal Le Yacht 21 janvier 1928

Et Joseph Guédon de répondre le 28 janvier 1928:

Journal Le yacht 28 janvier 1928
Journal Le yacht 28 janvier 1928

Pour la petit histoire, voici le canoë de Joseph Guédon. Je vous laisse “méditer”…

Joseph Guédon en canoë.
Joseph Guédon en canoë.

Source: Gallica

https://bassin-arcachon-patrimoine-naval-plaisance.fr/2021/04/05/monotype-joseph-guedon-bassin-arcachon-cva-bateau-voilier-patrimoine-naval/

https://www.facebook.com/arcanavigation

https://www.facebook.com/groups/688684661289456A